dar el Qadi, maison de ressourcement à Marrakech
22397
page-template-default,page,page-id-22397,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-1.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Dar el qadi,
un havre de paix où se ressourcer

Au coeur historique de Marrakech, Dar El Qadi, qui fut la demeure d’un juge astronome, a été restaurée par Quentin Wilbaux dans le respect de l’architecture, des matériaux et des savoirs-faire traditionnels tout spécialement pour vous y recevoir. En famille ou entre amis, en atelier ou en séminaire, dar el Qadi vous accueille pour vivre un séjour de ressourcement, de détente et de bien-être.

Un lieu magique

Espaces conviviaux, espaces festifs autour de la fontaine, au coin du feu ou au soleil des terrasses, Dar el Qadi propose une grande variété de lieux au caractère fort et envoûtant. Une expérience unique dans l’une des plus belles et anciennes maisons de la médina de Marrakech. Pour partager des moments intimes et chaleureux en famille ou, à l’aide de divers outils de développement personnel, pour élargir votre champ de conscience et vivre plus en harmonie avec vous, les autres et le monde qui vous entoure.

Christiane Thiry,
organisatrice de stages et ateliers

Si vous désirez organiser stages ou ateliers, contactez Christiane Thiry, rédactrice en chef de Psychologies magazine Belgique, certifiée coach  et passionnée par tout ce qui touche au lien avec soi, avec les autres et avec le Maroc, son pays de coeur. Depuis 2001, en tant que rédactrice en chef de La Libre Essentielle, supplément culturel de La Libre Belgique, elle a invité personnalités et artistes à animer des ateliers pour faire partager leur passion au sein de la Médina de Marrakech.  :
Jeux de l’art à Marrakech avec Bob Verschueren
Pastel, encre, fusain, aquarelle ou terre avec Lucie Sentjes
Grand angle sur Marrakech, atelier photo en compagnie de Serge Anton
Des notes et des rythmes, animé par Arnould Massart
Palette de couleurs, en compagnie des peintrailleuses : Sophie Collet, Myriam Deru et Anne-Françoise Jadin.
Avec Julos à Marrakech, un atelier d’écriture et de jeux de mots animé par Julos Beaucarne.
Mots & merveilles, atelier d’écriture animé par Bruno Coppens.
Une plongée dans l’écriture à Marrakech, atelier animé par Françoise Lalande.
Depuis deux ans, Christiane Thiry ouvre les portes du riad à des ateliers centrés sur le bien-être et le ressourcement et à des séjours centrés sur le mieux-être au travail (stage de constellations familiales vécu par l’équipe de Psychologies magazine).

La medina de Marrakech

C’est un véritable labyrinthe formé de ruelles sinueuses, un spectacle permanent enrichi de sons et d’odeurs multiples. La place centrale Djemaa El Fna attire touristes étrangers et marocains. Dans la journée, c’est le rassemblement des mendiants, des charmeurs de serpents, des montreurs de singes, des conteurs et des vendeurs d’eau ou de jus d’orange. Au coucher du soleil, la place se transforme en un immense carnaval de musiciens, chanteurs et danseurs pendant que se dressent une multitude de gargotes proposant des montagnes de mets préparés que l’on déguste sur place dans un tourbillon de senteurs et de saveurs : une véritable fête des sens.

Immédiatement au nord de la place s’étalent les souks où l’on se plaît à fouiner parmi les centaines d’échoppes proposant le savoir-faire de l’art et de l’artisanat marocain : pièces en bois précieux, poteries, cuivre et métaux, tapis colorés, tissus, bijoux en argent, étoffes teintes, cuir, épices, parfums…

Le contraste est saisissant entre la bousculade et le remue-ménage des souks et le calme et la quiétude des ruelles des quartiers résidentiels (les derbs), où les journées s’écoulent aux bruits du jeu des enfants, ponctués par les cinq appels à la prière lancés par le muezzin du haut du minaret surplombant le quartier. Ici, ce sont de longs pans de murs nus parfois flanqués de marchands de légumes et de fruits et uniquement interrompus par les lourdes portes derrière lesquelles vous découvrirez le calme et l’ambiance ombragée des jardins clos (riyads) des maisons traditionnelles.

Fondée au onzième siècle, Marrakech a toujours frappé l’imaginaire des voyageurs occidentaux. Ville impériale, caravansérails, marchés où les hommes des tribus du sud et les villageois berbères viennent vendre des produits artisanaux et des denrées alimentaires. Située dans la plaine fertile du Haouz, au pied des superbes montagnes de l’Atlas, c’est une cité d’une incroyable beauté, projetant les couleurs ocre de ses remparts et de ses monuments aux rayons du soleil.

Quentin Wilbaux ou la sauvegarde de la médina

Quentin°°°DSC05963Architecte de formation, Quentin Wilbaux vit dans la médina de Marrakech depuis une trentaine d’années. Il s’est naturellement intéressé aux maisons traditionnelles de Marrakech. Il a tracé les plans et photographié les anciens riads avant qu’ils ne disparaissent, dressant l’inventaire de ce que la médina contenait encore de belles demeures. Face à la dégradation, faute d’entretien ou de rénovation, et au morcellement de ces magnifiques propriétés, il a décidé de réagir et de sauver ce patrimoine en intéressant quelques amis et connaissances à l’achat de propriétés en médina qu’il rénoverait dans l’esprit de la tradition architecturale marocaine et plus spécialement marrakchie, en faisant appel aux artisans et maâlems employant encore les méthodes ancestrales. La restauration de « dar el qadi » en 1993, a été le déclencheur de ce processus de revalorisation de l’architecture traditionnelle. Après plus de 20 ans de travail ayant mené à la restauration à l’authentique de plus de 137 maisons, Quentin Wilbaux est devenu l’un des meilleurs spécialistes de l’architecte marocaine.

Parallèlement à ce travail de sauvegarde, il y a mené une large enquête sur l’histoire urbaine de Marrakech et sur la formation des medinas. Il a présenté le fruit de ces recherches dans la thèse qu’il a soutenue en juin 2000 à Paris, à L’EHESS, publiée en 2002 chez l’Harmattan à Paris sous l’intitulé La medina de Marrakech, formation des espaces urbains d’une ancienne capitale du Maroc. Il est aussi l’auteur de plusieurs beaux livres sur l’architecture marocaine.